Une assurance auto adaptée à Votre véhicule ?

Vous êtes propriétaire et conducteur habituel d’un véhicule de groupe & classe ≥ à 16J soit une voiture ou d’un véhicule de collection ancien et spécial. En qualité d’expert en tout type de risque auto, nous assurons également ce genre de véhicules :

Assurance Auto haute de gamme

Vous avez une voiture prestigieuse classée haut de gamme par les assureurs ou dont la valeur à neuf TTC est comprise entre 45 700 € et 150 000 € et vous éprouvez des difficultés à vous assurer à cause d'un sinistre ou un antécédent. Que vous soyez résilié ou simplement sur le point de changer d'assureur, nous avons des solutions pour vous !

Obtenez votre devis

Assurance Auto de collection

Vous avez une voiture de collection d’un modèle d’automobile ancien de moins 20 ans et vous souscrire une assurance auto qui prend en compte la spécificité de votre véhicule ? Vous avez plus de 25 ans et titulaire du permis de conduire depuis plus de 3 ans ? Nous vous proposons un tarif dégressif dès le second véhicule assuré et 3 niveau de garanties

Obtenez votre devis

Une assurance auto sans engagement ?

Vous avez du mal à trouver une solution d’assurance auto palliative, adéquate à votre situation ou vous souhaitez simplement assurer votre voiture pour quelques jours seulement ? Il est possible d’assurer votre véhicule provisoirement et sans s’engager auprès d’un assureur pour un période d’un an grâce à l’assurance temporaire :

Assurance temporaire

L’assurance auto dite temporaire permet d’assurer une voiture pendant une durée max de 3 mois. Cette assurance prévoit en plus de la garantie responsabilité civile des extensions de garanties au choix et selon les besoins. Si vous avez plus de 21 ans et un permis de plus de 2 ans alors vous pouvez assurer temporairement :

  • Les véhicules neufs ou toute nouvelle acquisition.
  • Les voitures d'occasion également.
  • Les automobiles immobilisées par les forces de police (défaut d'assurance)
  • Les voitures destinées à l'importation
  • Les véhicules destinées à l'exportions
  • Les véhicules en transit sur le territoire.

Une assurance auto sans permis ?

Si le permis de conduire est certes nécessaires pour conduire de la quasi-totalité des voitures, certains véhicules cependant dits VSP (voiturettes) peuvent être utilisés sans avoir un permis en revanche ce genre d’engin est bridé et sa puissance fiscale ne dépasse pas un 1 CV. Le recours à ce genre de véhicule peut être par choix compte tenu de ses avantages : accessible, adaptée à un usage urbain avec une faible consommation. Par ailleurs, il peut aussi une solution pour un conducteur sanctionné dont le permis a été retiré pour une raison ou une autre.

Assurance Auto en réalité !
Jetons un coup d'oeil sur les chiffres :

Etant la plus vendue en France, l’assurance automobile reste le produit phare des assureurs. Les cotisations d’assurance de bien et de responsabilité s'élévent à 34,5 milliards d’euros en 2017 dont à elle seule la branche automobile totalise 55,6 % soit la part la plus importante avec 42,2 million de véhicules assurés + 2 079 515 immatriculations neuves, suivie par l'assurance des dommages aux biens des particuliers avec 30,4 %. Dans la mesure où l’assurance auto est un produit obligatoire comme tout le monde le sait, a minima pour ce qui est de la responsabilité civile automobile de tiers, cette solution d'assurance continue à bénéficier d’une demande pérenne à laquelle vient s'incorporer les assurances dommages. Si la responsabilité civile totalise plus de 7 646 millions d’euros, celle de la d'assurance dommages est de 13 645 M€ avec un nombre de sinistres dommages portant les prestations à 13,4 millions en 2017 avec une fréquence 88,5 ‰ en terme des dommages accidents, 65,5 ‰ pour le bris de glace et enfin 4,7 ‰ pour le vol et l'incendie. Difficile de parler de profit pour les assureurs quand le ratio combiné de cet branche d'assurance est de 96 % (avant réassurance). L'assurance automobile s'accapare 65 % des sinistres en 2017 avec une fréquence moyenne de 37,0 ‰. Si le ratio combiné repart à la hausse pour l'assurance habitation, les primes encaissées d'assurance auto demeurent insuffisantes pour couvrir tous les sinistres car le coût moyen des accidents corporels et matériels est en hausse moyenne de 4% par an en dépit des baisses respectives de leurs fréquences. Conclusion : des accidents moins fréquents mais plus coûteux.

Nombres des sinistres - 2017

Le bilan continue puisqu'en septembre 2018 le nombre de tués en comparaison avec septembre 2017 est de 26 personnes de plus.

Barème de mortalité - Septembre 2018

40 millions d'infractions en 2017 dont 17,4 millions commises par excès de vitesse, avec 594 384 délits routiers dont 123 926 infractions d'alcolémie délictuelle et 49 135 conduites aprés usage de stupéfiant. Pour les permis de conduire c'est 15,1 millions de points retirés avec 61 714 permis annulés pour défaut de point. Résilié dites-vous ! Autant vous dire que vous n'êtes pas seul !

Répartition des délits routiers 2017

En dépit d'une prime globale à tendance haussière, le marché d'assurance automobile continue dans sa stagnation, un scénario quasi-similaire à celui de 2016 : Inflation, coût important des réparations matériels (+ pièces connectées coûteuses) et surtout des dommages corporels sur fond d'une sinistralité pour le moins récurrente. A l'aune de ces conditions, les assureurs réagissent au moindre manquement de la part d'un assuré ou d'indice précurseur d'une sinistralité, en mettant fin à leur engagement. L'incertitude pèse sur le chiffre global des résiliations enregistrées en moyenne chaque année mais les estimations portent sur pas moins d'un million de rupture de contrat du fait des assureurs.

Pourquoi les assureurs choisissent-ils de résilier leur client sachant que pour l'avoir ils déboursent des frais d'acquisitions ? Avant tout il convient de savoir comment est calculé le tarif d'assurance automobile ?!. Pour déterminer le montant que l'assuré doit payer, l'assureur se base sur des données statistiques déterminantes pour l’étude des probabilités du risque à l'aide de ses actuaires qui croisent le nombre d'accidents, leur fréquences, leur coûts avec le profil du conducteur, son véhicule et ses garanties prises. Une série donc d’éléments distincts, qu'on peut diviser en 4, qui permettent d'annoncer le tarif d'assurance, soit : la zone géographique du risque, l'usage du véhicule, les caractéristiques du véhicule et enfin celles du conducteur.

  • Véhicule : une voiture puissante c'est 1/3 plus de risque d'accident. une voiture coûteuse c'est logiquement des pièces de rechanges onéreuses en cas de réparations.
  • Usage de la voiture : rouler Fréquemment c'est statistiquement plus de risque d'accident. Donc le déplacement qu'il soit privé ou professionnel, limité dans le temps ou par la distance est un facteur important.
  • Zone géographiques : circuler dans des zones rurales c'est risquer moins d'accident car le trafic n'est pas important comme en Île-de-France par exemple. Stationner dans un garage privé, public, ou sur la voie public, conditionne le risque de vol et celui des dommages.
  • Conducteur : conduire dès lors jeune ou peu expérimenté au volant c'est avoir statistiquement plus de risque d'accident que la moyenne des usagers 4 roues. Avoir des antécédents de sinistre ou d'aggravation de risque conduit à la hausse du tarif à cause du bonus/malus ou au refus d'assurance.
Auteur d'accidents /Tranche d'âge

L'assureur accepte donc d'assumer le risque ainsi évalué au départ et selon les critères indiqués ci-haut mais aussi selon ses conditions d'assurabilité, en contrepartie du paiement de la cotisation par l'assuré. Maintenant pour répondre au pourquoi du comment de la résiliation ? il faut savoir qu'à la souscription comme en cours du contrat plusieurs faits peuvent remettre en cause le risque couvert : une déclaration inexacte voir frauduleuse de la part de l'assuré, des sinistres commis à répétition, un non paiement de la prime ou une aggravation du dit risque à cause d'une conduite dangereuse plus souvent liée soit à des infractions du code de la route, une alcoolémie ou un usage de stupéfiant. Parallèlement tous ces éléments sont prévues dans le codes des assurance voir dans le contrat au volet « résiliation » ou exclusion. Un contrat d'assurance auto donc résilié est loin d’être le fait d'une décision arbitraire mais plutôt le résultat d'un déséquilibre de la balance prime/sinistre.

Dans ce "marais" force est de constater que certaines activités d'intermédiaires d'assurance auto spécialisée sont loin d'être moroses, et plus spécialement celles concernant les risques aggravés.